D’après Amnesty International, le chiffrement devrait être un droit

Amnesty International ou Amnistie Internationale (AI) est une organisation qui se spécialise dans la protection des droits de l’homme et du respect de la déclaration universelle de ses droits. La libération des prisonniers d’opinions, la liberté d’expression, l’abolition de la peine de mort, l’arrêt des crimes politiques et le respect de la vie privée des internautes, telles sont les principales préoccupations de cette organisation. Il y a eu quelques jours, elle a demandé au gouvernement américain de reconnaître le chiffrement comme étant un droit fondamental des citoyens, pour qu’ils puissent disposer d’une protection optimale de leurs données informatiques échangées sur Internet.

le chiffrement est un droit

Amnesty International s’adresse à tous les Etats

Pour voler les informations sensibles de leurs victimes, les pirates informatiques utilisent surtout les Backdoors. On les connait aussi sous le nom de « Portes dérobées » et elles sont très dangereuses pour les entreprises qui communiquent régulièrement des informations confidentielles sur Internet. D’après Amnesty International, l’Etat ne devrait permettre aucune forme de Backdoors. Ce qu’il devrait autoriser c’est le chiffrement fort. Bien sûr, dans certains cas, le chiffrement peut être restreint mais ça devrait être une priorité pour l’Etat.

ONU droit chiffrement cryptage
Chiffrement des données : bientôt un traité ?

D’après Amnesty, il existe encore actuellement de nombreux pays qui ne sont pas pour le chiffrement. C’est par exemple le cas de la Russie, du Kazakhstan, du Pakistan et de la Colombie qui n’autorisent pas le chiffrement dans certaines circonstances. Notons que ces pays sont pourtant membres du Conseil de l’Europe qui abrite la Commission européenne des droits de l’homme. D’autres pays comme le Cuba, le Pakistan ou l’Inde limiteraient son utilisation. Face à cela, Amnesty International demande un traité international qui forcerait les états et les entreprises à utiliser un chiffrement.
Le professeur de droit Joseph Cannataci, le premier rapporteur spécial sur la vie privée nommé par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, a justement avancé une proposition qui irait dans ce sens. Il a en effet fixé les obligations des Etats en matière de respect de la vie privée.

droit de cryptage

Si vous voulez déjà commencer à chiffrer tous vos échanges de données sur Internet, nous vous conseillons d’utiliser notre service vpn monVPN. C’est un service vpn multiplateforme, qui fonctionne avec les appareils mobiles et les ordinateurs. Pour son installation, utilisez le logiciel client proposé – très facile à utiliser et à configurer.

Les commentaires sont fermés